jeudi 10 juillet 2008

plaisirs minuscules ou la journée fantasmée

plaisirs minuscules ou la journée fantasmée


9h18 :

On a pris le bac pour Royan
entre l’Atlantique
et la Garonne
couleur bleu d’émeraude
senteurs iodées


10h01 :

s’il reste des traces de rosée
dans l’ombre des tuyas


11h22 :

le soleil fouette le volet


12h16 :

ai léché le plat à gâteau


13h47 :

village tranquille , villageois sereins
touristes discrets
sur la plage c’est familial
l’eau est toujours bonne
un petit chien joue avec moi
le bla-bla de mes voisins
me ber
ce, m’endors


13h59 :

volutes dansant
dans le soleil
filtré des persiennes
j’ai mal éteint
ma cigarette


15h02 :

solitude
nichée contre le mur
frais

31°C


16h17 :

quand on marche sur
les aiguilles
de pin sur
le sable
ça les fait craquer
ça sent bon et chaud



17h02 :

lotus indole
dont l’atonie me subjugue


18h41 :

un tout petit crapaud
une arachnide au cisèlement
coloré
deux nids d’oiseaux
des coquilles vides bleu
pâle
les coudes griffés


19h54 :

les petits pois sont écossés
j’ai les ongles tout verts
et sucrés


20h15 :

humé la senteur
enjoleuse et
poudrée
moment aubain pour dériver


21h25 :

les vieux sont assis sur des bancs, sous les gros
platanes
et, surtout,
l’eau_
_l’eau_

l’eau coule de partout
dans les caniveaux-torrents
pureté de montagne dévalant dans les rues
en bouillonnillant
chantante limpidité


22h05 :

dernière mangue poivrée
et glacée
avec A.-S .


22h46 :

j’ai trouvé une luciole
dans le jardin

monologue fasciné


23h12 :

l’opalescente lune
par
lui

épinglée


00h08 :

fumer la dernière
cigarette
à la fenêtre
« lonely night »par
julien lourau
m’accompagne


2h49 :

l’objet de son

intention


4h07 :

à l’heure bleue
celle
où les hommes dorment

enfin


5h43 :

fraîcheur, enfin

les draps au bout du lit

première lueur, aussi


Aucun commentaire: